« Le CMAF rencontre une délégation des ports du Havre, de Rouen et de Paris »

CMAF – Retour sur l’atelier de sensibilisation sur les ODD 13 et 14
21 octobre 2019
« Le CMAF et le CMF signent une convention de partenariat à Abidjan »
13 janvier 2020
Afficher tout

« Le CMAF rencontre une délégation des ports du Havre, de Rouen et de Paris »

De hauts responsables des ports du Havre, de Rouen et de Paris (qui, ensemble, forment le Groupement d’intérêt économique HAROPA), ont effectué une mission de travail au Togo du 14 au 16 octobre 2019. Leur ambition à travers cette visite était faire connaitre l’offre de service des trois ports et leur savoir-faire en matière notamment de formation du personnel portuaire, de développement des infrastructures multimodales ou de gestion de l’hinterland. Conduite par le Président du Directoire du grand Port Maritime de Rouen Pascal GABET, cette délégation a souhaité faire la rencontre de membres du CMAF le 15 octobre 2019 pour échanger sur les réalités et les défis de l’économie maritime en Afrique francophone.

Au cours de cette rencontre, il est apparu que des axes de priorités communs existent entre les ports français et les ports africains. Il a d’abord été question de l’augmentation de la puissance portuaire. Elle ne pourra intervenir seulement par l’agrandissement des quais, mais aussi et surtout par la modernisation et le développement des axes reliant le port à l’hinterland permettant l’évacuation rapide des marchandises et la massification des échanges.

Ensuite, une réflexion plus large sur le rôle et l’évolution des ports en France et en Afrique a conduit les participants à cette rencontre de penser les ports non plus seulement comme des acteurs commerciaux traitant des infrastructures, mais aussi industrialo-portuaires engagés dans la réflexion sur l’aménagement et la desserte d’un territoire. A cet égard, les responsables d’HAROPA ont salué la démarche du CMAF, qui se pose comme un défenseur impartial des intérêts de l’économie bleue en Afrique, à même de conduire la recherche de positions homogènes, notamment pour inciter les pouvoirs publics à prendre encore plus en compte la dimension maritime dans la programmation politique du transport.

Enfin, il est apparu évident que l’union des acteurs est le meilleur levier permettant de peser dans l’économie maritime et de reprendre la main dans les processus de décision dans un secteur en évolution permanente. A ce titre, le CMAF entend réunir en son sein et à travers ses évènements des décideurs variés, provenant à la fois des secteurs institutionnel, associatif, privé ou universitaire. Cette démarche, qui doit permettre la convergence des modes de gouvernance dans le domaine maritime, est aussi celle qui anime les responsables des ports HAROPA. Cette volonté de mixité se traduit par la composition même de leur délégation, composée non seulement de représentants des administrations portuaires, mais d’associations ou d’entreprises privées (l’Union Portuaire Rouennaise, SOGET, Bolloré Logistics Rouen).

A l’issue de cette rencontre, une réception a été donnée à l’Hôtel 2 Février de Lomé, rassemblant l’ensemble des acteurs publics et privés du secteur maritime au Togo. Différentes présentations ont mis en lumière l’expertise des ports HAROPA en matière de gestion de l’hinterland de l’axe Seine, d’interopérabilité et de solutions de groupage, ou de digitalisation du guichet unique. Le Président du CMAF Charles Kokouvi GAFAN a eu l’occasion de prononcer le discours de clôture de ces tables-rondes. Il a rappelé l’objectif principal du CMAF, qui est de « promouvoir la ‘place maritime régionale’ et soutenir le développement des acteurs économiques du milieu marin, dans une finalité de développement durable ». Il a salué l’initiative des responsables des ports HAROPA, qui par leur séjour au Togo entendent nouer des relations qui faciliteront le développement du domaine portuaire du Togo et offrir à ses acteurs des opportunités de services afin de les rendre plus compétitifs.

Le président du CMAF lors de la rencontre avec la délégation HAROPA.

Charles Kokouvi GAFAN a affirmé que le CMAF soutiendra à l’avenir ce genre d’échanges, qui permet de créer des synergies entre les acteurs de l’écosystème maritime, « pour que toute l’économie puisse profiter des capacités d’innovation et des opportunités d’affaires qu’offrent les activités en mer ». Selon lui, ce genre de rencontres avec des décideurs d’autres continents permet de prouver combien « l’économie maritime en Afrique regorge de personnalités innovantes » et donne l’occasion « d’exposer leur expertise et savoir-faire ». Il a conclu son discours en encourageant les acteurs économiques ou institutionnels présents à dialoguer et collaborer avec les ports HAROPA, tout en rappelant la totale disponibilité du CMAF à accompagner HAROPA dans leurs projets futurs au sein des 21 pays d’Afrique francophone d’où proviennent les membres du Cluster.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X